logo site
Institut de Mathématiques de Marseille, UMR 7373
Slogan du site
Descriptif du site

Stefano MORRA - Modèles locaux pour les anneaux de déformation potentiellement cristallins, et conjecture de Breuil-Mézard

jeudi
30
janvier
2020
14h00 - 15h00
horaire Salle des séminaires 304-306 (3ème étage)

Institut de Mathématiques de Marseille (UMR 7373)
Site Sud - Bâtiment TPR2
Campus de Luminy, Case 907
13288 MARSEILLE Cedex 9

Stefano MORRA (LAGA, Paris 13)

La conjecture de Breuil-Mézard décrit des invariants de la fibre spéciale des anneaux de déformation Galoisiens, avec des conditions provenant de théorie de Fontaine, en termes de la théorie des représentation localement algébriques de GLn(Zp). Elle a signé le point de départ du programme de Langlands local modulo p, et au-delà du cas de GL2(Qp), cette conjecture n’était connue que dans très peu de cas, notamment lorsque les espaces de déformations galoisiennes sont directement liés aux espaces de modules des schémas en groupes finis et plats. En général, la théorie de Breuil-Kisin montre que les anneaux de déformations galoisiennes peuvent s’obtenir comme des anneaux locaux de variétés de drapeaux affines sur Zp, en imposant une condition transcendante (liée à un opérateur de monodromie).
Dans un travail en cours avec Daniel Le, Bao Viet Le Hung et Brandon Levin, nous algébrisons cette condition de monodromie, ce qui produit une dégénérescence centrale d’une fibre de Springer affine, et ainsi un modèle local dont les anneaux locaux sont isomorphes à une large classe d’anneaux de déformations potentiellement cristallines. Ces modèles locaux décrivent la complétion p-adique de certains sous espaces fermés du champs des représentations galoisiennes construit par Emerton et Gee. Nous montrons l’existence de cycles algébriques sur la fibre spéciale de ces modèles locaux, qui ont une interprétation naturelle en termes de la théorie des représentations modulaires, et qui nous amènent à la preuve de plusieurs cas de la conjecture Breuil-Mézard, et de la partie poids de la conjecture de Serre lorsque la représentation galoisienne est semi-simple.

Stefano MORRA