Institut de Mathématiques de Marseille, UMR 7373




Rechercher


Accueil > Actualités

JPEG - 2.6 ko
Disparition de notre ami et collègue Gilles Lachaud, à l’âge de 71 ans, ce mercredi 21 février 2018.

par Lozingot Eric - publié le , mis à jour le

Il fut notamment le Directeur de l’Institut de Mathématiques de Luminy (IML) de 2000 à 2011.

Les intérêts scientifiques et pédagogiques de Gilles Lachaud furent considérables. Il commença ses recherches à Paris sous la direction de Roger Godement et le premier sujet de son intérêt fut les formes automorphes (1973). Puis, suite à la découverte des livres manquants de Diophante dont il écrivit les commentaires, il s’intéressa à l’histoire des mathématiques. Au début des années 1980, après la découverte des codes de géométrie algébrique, il en donna le premier exposé au séminaire Bourbaki, créant ainsi l’école française de la théorie géométrique des codes correcteurs d’erreurs. Ses articles sur le sujet varient des questions classiques pour les codes correcteurs d’erreurs - comme ceux sur les sommes de Kloosterman, les codes cycliques et les fonctions courbes - aux problèmes de géométrie purement algébrique. Parmi ceux-ci, citons ceux concernant le nombre de points des jacobiennes sur un corps fini, ceux concernant le nombre asymptotique de points sur des surfaces et des variétés multidimensionnelles, et le nombre de points sur les Grasmanniennes. Dans l’article sur les points sur les surfaces, il appliqua habilement ses connaissances - aujourd’hui rares - sur l’analyse au XIXe siècle. Son intérêt précoce pour les fractions continues le conduisit à la théorie des Voiles, dont il fut l’un des pionniers (après Klein et Arnold).
Gilles eut de nombreux doctorants et beaucoup d’entre eux devinrent des mathématiciens. Il avait la capacité de donner des conférences extrêmement claires, et ses exposés de vulgarisation furent même lus par des non mathématiciens.
Outre les mathématiques, les intérêts de Gilles incluaient la philosophie, la littérature, l’art, l’histoire, etc. À l’âge de 50 ans, il commença à apprendre le sanskrit.
Le CIRM (Centre International des Rencontres Mathématiques, à Luminy), tel que nous le connaissons aujourd’hui, doit beaucoup à l’époque où Gilles Lachaud en fut le directeur (il créa notamment l’actuelle bibliothèque). Il rejoignit ensuite le CNRS et créa à Marseille le Laboratoire de Mathématiques Discrètes (LMD) qui deviendra l’Institut de Mathématiques de Luminy (IML) dont il resta le directeur de janvier 2000 à août 2011. Il devint enfin Directeur de Recherches émérite du CNRS à partir de septembre 2011.
Gilles était énormément apprécié de tous, personnels administratifs et techniques, étudiants et chercheurs pour ses qualités humaines et professionnelles. Il était toujours à l’écoute et d’une très grande gentilesse. Toutes nos pensées vont à sa famille et à ses proches.

JPEG - 13.4 ko
Gilles LACHAUD

The educational and research interests of Gilles Lachaud was very broad. He began his research in Paris under the guidance of Roger Godement and the first object of his interest was automorphic forms (1973). Then, following the discovery of unknown books of Diophantos that he wrote the commentaries for, he became interested in the history of mathematics. In the early 1980s, after the discovery of algebraic geometry codes, he gave the first expository talk about them at the Bourbaki seminar, and thus created the French school of the geometric theory of error-correcting codes. His papers on the subject vary from classical questions for error-correcting codes - like those on Kloosterman sums, cyclic codes and bent-functions - to purely algebraic geometry problems. Among the latter let us mention those concerning the number of points of a Jacobian over a finite field, those about the asymptotic number of points on surfaces and multi-dimensional varieties, and the number of points on Grasmannians. In the paper on points on surfaces, he cleverly applied his - nowadays rare - knowledge of 19th century analysis. His early interest in continuous fractions led him to the theory of sails, where (after Klein and Arnold) he was one of the pioneers.
Gilles had many PhD students, and many of them have developed into working mathematicians. Gilles had the ability of giving extremely clear talks, and his more general expository papers was read even by non-mathematicians.
Gilles’ non-mathematical interests included philosophy, literature, art, history, etc. At the age of 50 he started to learn Sanskrit.
The CIRM (International Centre for Mathematical Meetings in Luminy), as we see it now, owes a lot to the times when Gilles Lachaud was its director (he created the library). After that, he joined the CNRS and created the Laboratory of Discrete Mathematics (LMD) in Marseille that grew into the Luminy Institute of Mathematics (IML), of which he was the director from 2000 to 2011. At last, he became Emeritus Research Director in CNRS.
Gilles was enormously appreciated by all, administrative and technical staff, students and researchers for his human and professional qualities. He was always listening and very kind. All our thoughts are with his family and loved ones.

Robert Rolland, Michael Tsfasman, Eric Lozingot

Hommage de la SMF

Voir en ligne : Hommage du CIRM

Portfolio