Modèles de covariance pour l’analyse et la classification de signaux électroencéphalogrammes

Carte non disponible

Date/heure
Date(s) - 06/07/2015
14 h 00 min - 16 h 00 min

Catégories


Soutenance de thèse


Cette thèse s’inscrit dans le contexte de l’analyse et de la classification de signaux électroencéphalogrammes (EEG) par des méthodes d’analyse discriminante.
Ces signaux multi-capteurs qui sont, par nature, très fortement corrélés spatialement et temporellement sont considérés dans ce travail le plan temps-fréquence. En particulier, nous nous intéressons à des signaux de type potentiels évoqués basse fréquence qui sont bien représentés dans l’espace des ondelettes.
Par la suite, nous considérons donc les signaux représentés par des coefficients multi échelles et qui ont une structure matricielle électrodes × coefficients.
Les signaux EEG sont de plus, considérés comme un mélange entre l’activité d’intérêt que l’on souhaite extraire et l’activité spontanée (couramment appelée « bruit de fond »), qui est largement prépondérante.

La problématique principale est ici de distinguer des signaux issus de différentes conditions expérimentales (classes).
Dans le cas binaire, nous nous focalisons sur l’approche probabiliste de l’analyse discriminante et des modèles de mélange gaussien sont considérés, décrivant dans chaque classe les signaux en termes de composantes fixes (moyenne) et aléatoires.
Cette dernière, caractérisée par sa matrice de covariance, permet de modéliser différentes sources de variabilité.
Essentielle à la mise en oeuvre de l’analyse discriminante, l’estimation de cette matrice (et de son inverse) peut être dégradée dans le cas de grandes dimensions et/ou de faibles échantillons d’apprentissage, cadre applicatif de cette thèse.

Nous nous intéressons aux alternatives qui se basent sur la définition de modèle(s) de covariance(s) particulier(s) et qui permettent de réduire le nombre de paramètres à estimer.

{{Abstract:}}

The present thesis finds itself within the framework of analyzing and classifying electroencephalogram signals (EEG) using discriminant analysis. Those multi-sensor signals which are, by nature, highly correlated spatially and temporally are considered, in this work, in the time frequency domain. In particular, we focus on low-frequency evoked-related potential-type signals (ERPs) that are well described in the wavelet domain. Thereafter, we will consider signals represented by multi-scale coefficients and that have a matrix structure electrodes × coefficients.
Moreover, EEG signals are seen as a mixture between the signal of interest that we want to extract and spontaneous activity (also called « background noise ») which is overriding.

The main problematic is here to distinguish signals from different experimental conditions (class). In the binary case, we focus on the probabilistic approach of the discriminant analysis and Gaussian mixtures are used, describing in each class the signals in terms of fixed (mean) and random components. The latter, characterized by its covariance matrix, allow to model different variability sources. The estimation of this matrix (and of its inverse) is essential for the implementation of the discriminant analysis and can be deteriorated by high-dimensional data and/or by small learning samples, which is the application framework of this thesis.

We are interested in alternatives that are based on specific covariance model(s) and that allow to decrease the number of parameters to estimate.

*Membres du jury :


{{Rapporteurs:}}
– Maureen CLERC (INRIA – Sophia Antipolis)
– Jean-Marc LINA (Centre de recherches mathématiques – Montréal)

{{Examinatrice:}}
– Florence FORBES (INRIA – Rhône Alpes)

{{Directeurs:}}
– Marie-Christine ROUBAUD (I2M)
– Bruno TORRÉSANI (I2M)
– Boris BURLE (LNC)

Webpage« >Webpage



Lien : theses.fr


Retour en haut 

Secured By miniOrange