Wikipedia: la fabrique d’une encyclopédie à l’ère du logiciel libre. Sociologie d’un commun numérique de masse – Léo Joubert

Léo Joubert
I2M, Aix-Marseille Université & LEST
http://www.theses.fr/s139499

Date(s) : 27/11/2020   iCal
14 h 00 min - 16 h 00 min

SOUTENANCE DE THESE

Sous la direction de Eric Verdier (directeur, LEST) et de Laurence Reboul (co-directrice, I2M, ALEA_STA).

Thèse en préparation à Aix-Marseille , dans le cadre de Espaces, cultures, sociétés (355) , en partenariat avec Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (equipe de recherche) depuis le 18-09-2015 .

S’appuyant sur la sociologie du numérique, la sociologie interactionniste des professions et la théorie des biens communs, cette thèse analyse l’émergence et l’évolution de la version francophone de Wikipédia, une encyclopédie « participative ». S’inspirant de l’approche de Norbert Elias en termes de configurations, la démarche appréhende Wikipédia comme une structure évolutive résultant d’interdépendances entre règles, parcours individuels et corpus encyclopédique.

La première partie est consacrée à la généalogie de ces divers éléments et de leur articulation, qui aboutit à définir Wikipédia comme un « commun numérique de masse ».

La deuxième partie rend compte de notre parcours méthodologique en s’efforçant de retracer les difficultés inhérentes à la sociologie d’un site web. Elles tiennent notamment à la nature et à l’articulation des données mobilisées, à savoir sur le versant qualitatif 28 entretiens biographiques de contributeurs et un important corpus de documents publiés en lignes, ainsi que deux sources quantitatives : 12 424 réponses à une enquête par questionnaire et les archives numériques des rubriques de Wikipédia. Le traitement de l’ensemble de ces données a cherché à rendre compte des différenciations qui traversent les divers composants de Wikipédia.

La troisième partie de la thèse analyse la configuration wikipédienne au travers de ses règles, en les appréhendant comme le résultat d’un apprentissage organisationnel de la gouvernance de la masse. L’augmentation du nombre de contributeurs (2004 – 2007) modifie les modalités d’élaboration du travail d’écriture des notices de l’encyclopédie. Ces contraintes nouvelles sont prises en charge par des contributeurs assimilables à des « professionnels » du contrôle des flux d’information. L’augmentation du nombre d’usagers (après 2007) fait de Wikipédia une encyclopédie de référence, ce qui suscite l’émergence, à côté de la « communauté des contributeurs », d’une « société des usagers ». Les controverses publiques relatives à la fiabilité de Wikipédia ont une profonde incidence sur les règles wikipédiennes. Saisi comme le produit de cette histoire, le corpus wikipédien est alors replacé dans la pluralité des enjeux que sa rédaction et son utilisation ne manquent pas de susciter.

La quatrième partie de la thèse appréhende la configuration par l’entremise de parcours de contributeurs à l’aide d’un modèle séquentiel de « carrière » en trois temps, distinguant notamment des moments de « sélection » et d’ « identification ». Deux premières étapes, le « passage à l’acte » et la « décision de rester », sélectionnent parmi les usagers de Wikipédia, les wikipédiens » potentiels. Une troisième étape, la « cristallisation », consiste en la construction d’« identités de wikipédien ».

La combinaison de ces deux niveaux d’analyse, traditionnellement pris en compte de façon séparée, conduit à proposer une « critique sociologique du commun ». Après avoir mis à l’épreuve les approches théorisant l’institution des « communs », Wikipédia est analysée comme un dispositif contribuant à l’émancipation d’individus préalablement sélectionnés.

Wikipedia: the making of an encyclopedia in the free software era. Sociology of a mass digital commons

Based on digital sociology, the interactionist sociology of professions and the theory of commons, this thesis analyzes the emergence and evolution of the French-speaking version of Wikipedia, a “participatory” encyclopedia. Inspired by Norbert Elias’s approach in terms of configurations, the approach sees Wikipedia as an evolving structure resulting from interdependencies between rules, individual paths and encyclopedic corpus.

The first part is devoted to the genealogy of these various elements and their articulation, which ends up defining Wikipedia as a “mass digital commons”.

The second part reports on our methodological journey by attempting to trace the difficulties inherent in the sociology of a website. They are due in particular to the nature and the articulation of the data mobilized, namely on the qualitative side 28 biographical interviews of contributors and a large body of documents published online, as well as two quantitative sources: 12,424 responses to a survey by questionnaire and the digital archive of Wikipedia sections. The processing of all of this data sought to account for the differentiations that cross the various components of Wikipedia.

The third part of the thesis analyzes the Wikipedian configuration through its rules, understanding them as the result of organizational learning in mass governance. The increase in the number of contributors (2004 – 2007) changes the way in which the work of writing encyclopedia records is drawn up. These new constraints are taken on by contributors who can be assimilated to “professionals” in the control of information flows. The increase in the number of users (after 2007) made Wikipedia a reference encyclopedia, which prompted the emergence, alongside the “community of contributors”, of a “society of users”. Public controversies over Wikipedia’s reliability have a profound impact on Wikipedia’s rules. Seized as the product of this story, the Wikipedian corpus is then placed in the plurality of issues that its writing and use do not fail to raise.

The fourth part of the thesis examines the configuration through the path of contributors using a three-step “career” sequential model, distinguishing in particular between moments of “selection” and “identification”. The first two stages, the “taking action” and the “decision to stay,” select from among Wikipedia users, potential Wikipedians. A third step, “crystallization”, is the construction of “Wikipedian identities”.

The combination of these two levels of analysis, traditionally taken into account separately, leads to a “sociological critique of the common”. After putting to the test the approaches theorizing the institution of the “commons”, Wikipedia is analyzed as a device contributing to the emancipation of previously selected individuals.

Liens:
https://lest.fr/fr/articles/2020/11/leo-joubert-soutenu-sa-these-avec-succes

https://lest.fr/index.php/fr/equipe/recherche/leo-joubert

Catégories



Retour en haut