Campagne IUF 2021 : félicitations à Joël Rivat, nouveau membre senior de l’IUF

Joël RIVAT, professeur d’Aix-Marseille Université (AMU) auprès de l’institut de mathématiques de Marseille (I2M), spécialiste de la théorie des nombres, est devenu un des 154 nouveaux lauréats de l’Institut universitaire de France (IUF), par arrêté de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation en date du 12 mai 2021.
Il sera  nommé membre Senior à compter du 1er octobre 2021, pour une durée de 5 ans.

https://www.iufrance.fr/detail-de-lactualite/247.html

Lien I2M : https://test.i2m.univ-amu.fr/linstitut/medias/prix-et-distinctions/

 

 

Prix Abel 2021

The Norwegian Academy of Science and Letters has decided to award the Abel Prize for 2021 to

Avi Wigderson

of the Institute for Advanced Study, Princeton, USA, and

László Lovász

of Alfréd Rényi Institute of Mathematics (ELKH, MTA Institute of Excellence) and Eötvös Loránd University in Budapest, Hungary.

« for their foundational contributions to theoretical computer science and discrete mathematics, and their leading role in shaping them into central field »

The Abel Prize Laureates 2021

Anna Erschler, médaille d’argent CNRS 2020

Anna Erschler, directrice de recherche du CNRS à l’École normale supérieure à Paris, figure parmi les lauréates et lauréats 2020 de la médaille d’argent du CNRS, qui distingue des chercheurs et des chercheuses pour l’originalité, la qualité et l’importance de leurs travaux, reconnus sur le plan national et international.
Le domaine de recherche d’Anna Erschler est la géométrie des groupes, qu’elle aborde en particulier sous un aspect probabiliste, établissant un lien entre des propriétés géométriques des groupes et les marches aléatoires sur ces groupes.

Liens :
https://www.insmi.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/les-travaux-danna-erschler-medaille-dargent-cnrs-2020

https://fr.wikipedia.org/wiki/Anna_Erschler

Videos :
https://www.youtube.com/results?search_query=Anna+Erschler&sp=CAI%253D

Appel à candidature 2021 pour le Prix Jeunes Talents France de L’Oréal-Unesco

Pour les Femmes et la Science.
PRIX JEUNES TALENTS FRANCE
APPEL À CANDIDATURE 2021, du 18 janvier au 19 mars
La Fondation L’Oréal en partenariat avec la Commission nationale française pour l’UNESCO, lance la 15ème édition du programme Jeunes Talents France pour soutenir les travaux de recherche des jeunes femmes scientifiques.
35 dotations seront remises en 2021 en France avec au minimum 5 dotations pour les Outre-mer.
Doctorat : 15 000 €
Post-doctorat : 20 000 €
Candidatures en ligne sur le site www.forwomeninscience.com
CRITÈRES D’ÉLIGIBILITÉ
• Doctorantes et post-doctorantes : de toute nationalité, travaillant dans un laboratoire de recherche ou étant inscrites dans une école doctorale en France métropolitaine ou dans les Outre-mer.
• Pour les doctorantes : être au moins en 2ème année de thèse.
• Pour les post-doctorantes : avoir soutenu sa thèse il y a moins de 5 ans.
• Disciplines : sciences de la vie et de l’environnement, sciences de la matière, mathématiques, informatique et sciences de l’information, sciences de l’ingénieur et technologiques.
Informations complémentaires :
* Lettre pour l’appel à candidature FRANCE 2021.pdf (217 Ko) hébergé sur cloud :
https://test.i2m.univ-amu.fr/nextcloud/s/beY4p6ReawPA6Bc/download
* Reglement_Jeunes Talents France_2021.pdf (445 Ko) hébergé sur *cloud :
https://test.i2m.univ-amu.fr/nextcloud/s/nNiaMobmjdz4D4n/download
* affiche_jeunes_talents_2021.pdf (676 Ko) hébergé sur *cloud :
https://test.i2m.univ-amu.fr/nextcloud/s/cMKomd4ryfHJ3bK/download

La parole est donnée aux lauréats des prix de thèse AMU de l’I2M, Cathy Swaenepoel et Jonathan Dubois

Dans le cadre de l’Initiative d’Excellence de l’université d’Aix-Marseille (AMU), le prix de thèse est organisé « afin d’encourager la qualité des thèses et motiver les jeunes chercheurs par la distinction des meilleurs travaux, tant fondamentaux qu’appliqués ».
A cette occasion, les lauréats ont été invités à parler de leur sujet de recherche dans le récent Livret officiel des Prix de thèses 2020 édité par l’université, dont :

Cathy SWAENEPOEL, pour sa thèse intitulée : « Chiffres des nombres premiers et d’autres suites remarquables » (directeur de thèse : Joël Rivat, groupe GDAC)

Jonathan DUBOIS, pour sa thèse intitulée : « Dynamique d’électrons pour des atomes soumis à des impulsions lasers intenses polarisées elliptiquement » (directeur de thèse : Cristel Chandre, groupe GDAC)

Yuri Matiyasevich a été accepté au titre de Docteur Honoris Causa de l’université Aix-Marseille, sur proposition de l’I2M

Il est le mathématicien russe qui a résolu le dixième problème de Hilbert.

Yuri Matiyasevich a étudié à Léningrad à l’école N°239 (en), spécialisée en mathématiques et physique (où ont aussi étudié, par exemple, Grigori Perelman ou Stanislav Smirnov). En 1964, il remporte une médaille d’or pour l’URSS aux olympiades internationales de mathématiques, qui se déroulent à Moscou.

En 1969, à l’issue d’une formation au département de mathématiques et de mécanique, il obtient un diplôme de l’université d’État de Léningrad. Il poursuit des études doctorales au sein de l’institut de mathématiques Steklov à Saint-Pétersbourg (LOMI1).

S’appuyant largement sur les travaux de Julia Robinson, il prouve en 1970, l’indécidabilité au dixième problème de Hilbert, source principale de sa renommée internationale. À cette époque, il découvre aussi l’algorithme de Knuth-Morris-Pratt avant ceux-ci.

En 1996, le titre de docteur honoris causa lui est décerné par l’université d’Auvergne.

En 1997, il est élu membre correspondant de l’Académie des sciences russe.

En 2003, le titre de docteur honoris causa lui est décerné par l’université Pierre-et-Marie-Curie (Paris 6).

Il est actuellement le Conseiller RAS* auprès du laboratoire de logique mathématique au PDMI, à Saint-Pétersbourg.


He is the Russian mathematician who solved Hilbert’s tenth problem.

Yuri Matiyasevich studied in Leningrad at school No. 239 (en), specializing in mathematics and physics (where also studied, for example, Grigory Perelman or Stanislav Smirnov). In 1964, he won a gold medal for the USSR at the International Mathematical Olympics, which take place in Moscow.

In 1969, after training at the Department of Mathematics and Mechanics, he graduated from Leningrad State University. He is pursuing doctoral studies at the Steklov Institute of Mathematics in Saint Petersburg (LOMI1).

Based largely on the work of Julia Robinson, he proved in 1970 the undecidability of Hilbert’s tenth problem, the main source of his international fame. At this time, he also discovered the Knuth-Morris-Pratt algorithm before these.

In 1996, the title of doctor honoris causa was awarded to him by the University of Auvergne.

In 1997, he was elected a corresponding member of the Russian Academy of Sciences.

In 2003, the title of doctor honoris causa was awarded to him by the Pierre-et-Marie-Curie University (Paris 6).

He is currently the RAS * Advisor at the Mathematical Logic Laboratory at PDMI, St. Petersburg.

Source Wiki [Fr] [En]

* RAS : Russian Academy of Sciences

Cathy Swaenepoel reçoit le prix de thèse Kevin Henriot 2020

Après avoir reçu le prix de thèse Blaise Pascal, Cathy Swaenepoel (IMJ-PRG, Université de Paris) est de nouveau lauréate avec le prix Kevin Henriot 2020.
Après une thèse intitulée Chiffres des nombres premiers et d’autres suites remarquables soutenue en 2019 à l’Université Aix-Marseille sous la direction de Joël Rivat (I2M), elle a effectué post-doctorat à l’Université de Montréal. Elle est aujourd’hui maîtresse de conférences à l’Université de Paris.
Ses thèmes de recherche sont la théorie analytique des nombres, la répartition des nombres premiers, les chiffres, les corps finis.

 

 

Cathy Swaenepoel, lauréate du prix de thèse Blaise Pascal 2020

Cathy Swaenepoel, ancienne doctorante de l’Institut de Mathématiques de Marseille (I2M), est actuellement, maîtresse de conférences à l’université de Paris, membre de l’Institut de mathématiques de Jussieu – Paris rive gauche (IMJ-PRG – CNRS, Sorbonne Université & Université de Paris).

Après un parcours universitaire brillant, intégralement réalisé à l’université d’Aix-Marseille, Cathy Swaenepoel a entamé une thèse de doctorat sous la direction de Joël Rivat en 2016. Elle s’est rapidement affirmée comme une spécialiste reconnue des techniques modernes de théorie (analytique) des nombres. Le thème principal de la thèse s’inscrit dans l’étude des nombres premiers appartenant à des ensembles rares. Au XVIIe siècle le mathématicien français Marin Mersenne posa la question de l’existence d’une infinité de nombres premiers qui, dans leur écriture en base 2, ne possèdent que le chiffre 1. Cette question demeure un grand mystère. La thèse de Cathy Swaenepoel apporte néanmoins un premier élément de réponse. Guidée par un travail récent de Jean Bourgain (médaille Fields 1994) pour la base 2, Cathy Swaenepoel a réussi à établir une formule asymptotique pour le nombre de nombres premiers ayant une proportion strictement positive (explicite) de chiffres préassignés, dans une base quelconque plus grande ou égale à 2. Une conséquence de cette formule est, qu’à partir d’un nombre de chiffres assez grand, il existe toujours un nombre premier qui, dans son écriture en base 2, peut avoir environ 0,2% de ses chiffres (0 ou 1 en l’occurrence) choisis au préalable (ainsi que les emplacements de ces chiffres dans le nombre, en dehors du premier et du dernier). Si répondre à la question de Mersenne réclamerait 100%, ce premier pas est déjà une prouesse mathématique. La démonstration, longue de plus d’une cinquantaine de pages, mêle des techniques de la méthode du cercle (arcs majeurs et arcs mineurs), des régions sans zéro (très fines) de fonctions L d’Henryk Iwaniec et de l’analyse harmonique (transformées de Fourier).
[source: http://recherche.math.univ-bpclermont.fr/grand_public/actu/pdt2020/index.php#laureat18]

Liens:

Affiche
INSMI CNRS
Thèse de Cathy Swaenepoel

 

Jonathan Dubois, lauréat du Prix de Thèse 2019 d’Aix-Marseille Université

Jonathan DUBOIS est parmi les 16 lauréats du Prix de Thèse 2019 d’Aix-Marseille Université. A cette occasion, et comme chaque année, la remise des prix aura lieu lors d’une cérémonie dédiée sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire.

Ce prix récompense l’excellence de ses travaux de recherche sur la « Dynamique d’électrons pour des atomes soumis à des impulsions lasers intenses polarisées elliptiquement » qu’il a soutenu le 25 septembre 2019, à Luminy.

Lien : http://www.theses.fr/2019AIXM0297

 

Dynamique d’électrons pour des atomes soumis à des impulsions lasers intenses polarisées elliptiquement.

Assujettir des atomes ou des molécules à des impulsions lasers de fortes intensités donne lieu à une variété de phénomènes hautement non-linéaires, tels que par exemple l’ionisation d’électrons et la radiation de photons de hautes fréquences. Les distributions des vitesses des électrons ionisés ou des fréquences des photons radiés encodent des informations pertinentes sur les atomes ou les molécules ciblés à l’échelle temporelle naturelle des électrons, l’attoseconde. Comprendre la dynamique des électrons ionisés ainsi qu’identifier les mécanismes de radiation de hautes fréquences sont des étapes essentielles afin d’interpréter et décoder les informations cryptées dans les mesures expérimentales. Dans cette thèse, des atomes soumis à des impulsions lasers de fortes intensités polarisées elliptiquement dans le régime infra-rouge sont étudiés théoriquement. Malgré leur nature fondamentalement quantique dans les atomes, les électrons manifestent certains comportements classiques lorsqu’ils sont sujets à des impulsions lasers de fortes intensités. Nous exploitons ces traits classiques pour comprendre et illustrer, à l’aide des trajectoires et de la dynamique non-linéaire, les mécanismes physiques en jeu afin d’interpréter les résultats expérimentaux. Nous montrons le rôle interdépendant de l’ionisation quantique par effet tunnel de l’électron et successivement de son mouvement classique pour interpréter les mesures en science attoseconde.

Electron dynamics for atoms driven by intense and elliptically polarized laser pulses

Subjecting atoms or molecules to intense laser pulses gives rise to a variety of highly nonlinear phenomena, such as for instance the ionization of electrons and the radiation of high-frequency photons. The distributions of the velocity of the ionized electrons or the frequency of the radiated photons measured at the detector encode relevant informations on the target atoms and molecules at the natural time scale of the electrons, the attosecond. Understanding the dynamics of the ionized electrons and identifying the mechanisms of high-frequency radiation are essential steps toward interpreting and decoding the informations encrypted in the experimental measurements. In this thesis, atoms subjected to intense and elliptically polarized laser fields in the infrared regime are theoretically studied. Despite their fundamental quantal nature in atoms, electrons display some classical behaviors when subjected to intense laser pulses. We exploit these classical features to understand and picture, with the help of trajectories and nonlinear dynamics, the physical mechanisms at play in order to interpret experimental measurements. We show the interdependent role of the quantum tunnel ionization of the electron and its subsequent classical motion for interpreting measurements in attosecond science.

 


Retour en haut 

Secured By miniOrange